Aigle,Animal totem,animal totem amérindien,Eagle,the eagle,Animaux Totem

Tilean Or Blue Eagle

L’AIGLE – animal totem

Il y a un symbolisme tellement vaste associé à l’aigle dans la culture amérindienne, qu’il est impossible ni souhaitable d’en faire une synthèse complète. Mais j’en dirai quelques mots.

L’aigle est associé au courage, au leadership, à la vérité, à l’honnêteté et à la communication avec le Grand Esprit. On dit qu’il est l’un des êtres les plus proches du Grand Esprit car il peut regarder le soleil sans cligner des yeux, et qu’il vit très haut dans le ciel, au sommet des falaises et des arbres les plus hauts. Nous disons donc de l’aigle qu’il est le messager du Grand Esprit. Ainsi, à chaque fois qu’un aigle est aperçu, c’est très significatif pour les Premières Nation. Cela signifie que le Grand Esprit nous rend visite, qu’il nous communique un message.

Il apparait très souvent lors de nos cérémonies et c’est le signe que nous avons accomplis ce qui est juste. L’aigle c’est aussi un signe que nous sommes sur le bon sentier, ou encore qu’il faut trouver ou faire quelque chose à ce moment-là qui est en relation avec le Grand Esprit.

Lire la suite 2 commentaires

La légende des papillons !

legende du papillon amérindien butterfly legend native american

Comment les papillons apprirent à voler (Légende amérindienne).

Quand la Terre était jeune, aucun papillon ne volait çà et là dans les airs et n’illuminait les jours de printemps et d’été de leurs ailes portant les couleurs de l’arc-en-ciel. Il y avait des reptiles, qui furent les ancêtres des papillons, mais ils ne savaient pas voler ; ils ne savaient que ramper par terre. Ces reptiles étaient magnifiques, mais le plus souvent les humains, lorsqu’ils se déplaçaient, ne baissaient pas les yeux vers la terre, aussi ne voyaient-ils pas leur beauté.

Lire la suite 6 commentaires

grand esprit,interprétation des rêves,rêves,signes

L’interprétation des signes et des rêves

bison

1. Le Grand Esprit nous parle

Le Créateur, le Grand Esprit, l’Intelligence primordiale qui crée et ordonne l’univers, nous parle. Il est en constante communication avec nous. Son langage est celui de la création. Il ne parle pas en français, ni en anglais, ni en innu aïmun. Il nous parle par le monde qu’il a créé pour nous. Il est aussi en nous, c’est la partie la plus intime, l’essence de ce que nous sommes. C’est cette partie de nous qui peut comprendre les messages inscrits sur les paysages du monde.

Lire la suite 2 commentaires

chaman,chamanisme,shaman,shamanisme,WHAT IS A SHAMAN?

QU’EST CE QU’UN CHAMAN?

saw-whet-owl-600x400

Qu’est-ce qu’un CHAMAN?

Par Aigle Bleu

Il y a toute une culture autour du chamanisme, qui signifie avant tout « être en unité avec la nature ».

Le chamanisme, sans que l’on doive nécessairement être chaman, c’est d’abord une manière de vivre, de communier avec la nature, de comprendre notre raison d’être, c’est quelque chose qui est ouvert à tous.

Le chamanisme donne des clés pour comprendre des choses qui ne sont pas transmises dans la civilisation occidentale. La magie de la vie, la communication avec les animaux, les plantes et les éléments, le voyage dans les dimensions subtiles qui ont un effet réel sur le monde physique, la guérison de l’esprit et du corps, les rituels et les cérémonies qui donnent un sens à la vie et qui indiquent les meilleurs moments pour les semences et les récoltes sont quelques éléments parmi bien d’autres qui sont transmis par la culture chamanique. Les capacités extraordinaires qui sont une des caractéristiques de l’Homme évolué trouvent leurs places dans une vision du monde où le chamanisme existe.

La culture chamanique est véritablement universelle, car tous les peuples indigènes de la terre la partagent. Lorsque de nombreux chamans de différents pays et continents se rencontrent une des premières choses que nous remarquons c’est qu’ils se comprennent tous. Ils utilisent tous le tambour, parlent tous avec les esprits, sont tous guérisseurs à leur manière, ont tous un très grand respect pour la nature, les aînés et leurs communautés.

Dans la tradition, devenir chaman était réservé à un type de personne très particulier, prêt à subir des épreuves et des expériences extrêmes qui puissent la projeter hors de son corps, de manière à être capable par la suite de faire cela à volonté. Les outils les plus efficaces pour obtenir ces résultats ont souvent été la souffrance et la mort symbolique.

La mort réelle pouvait elle-même parfois constituer la méthode d’enseignement. Exactement comme dans cette expérience, documentée par un Occidental qui en avait été témoin : un chaman inuit avait emmené son élève sur la banquise, fais un trou dans la glace, l’avait attaché sur une perche et immergé et l’avait laissée ainsi trois jours entiers sous l’eau avant de le réveiller. C’est en effet l’un des dons particuliers de certains chamans que celui de pouvoir ramener l’âme de l’autre rive — et naturellement, le corps de l’élève, immergé dans l’eau glacée, était parfaitement conservé. Puis, le chaman avait demandé à son élève de lui raconter son voyage dans l’autre monde. Car pendant tout ce temps l’élève voyage dans le monde des esprits et ses visions peuvent déterminer les cérémonies et les pouvoirs qu’il pratiquera par la suite.

D’autres nations vont utiliser des substances hallucinogènes qui sont parfois extrêmement dangereuses, qui plongent le candidat dans des transes proches de la mort. D’autres vont faire des retraites prolongées dans des lieux sombres et quelquefois complètement noirs où il n’y a aucune lumière. C’est encore on le voit, le même symbolisme. Le chaman est celui qui est né deux fois : tel est la définition originelle de ce mot qui vient des peuplades autochtones de Sibérie. Il est revenu de la mort donc née deux fois. Il en est de même avec des souffrances extrêmes qui peuvent parfois elles aussi projeter l’âme hors du corps. Une fois que cette expérience à été vécue, il est plus facile pour l’aspirant chaman de pouvoir à nouveau voyager dans les mondes subtils, volontairement cette fois. Ainsi, traditionnellement, le chamanisme pur et dur est une expérience qui passe par une mort symbolique et parfois même réelle. Par contre, ces expériences doivent impérativement être conduites par un chaman d’expérience, qui a lui-même reçu ces initiations et qui par la suite va guider l’apprentie dans sa découverte de son rôle communautaire, dans les cérémonies, rituels, guérisons et autres techniques que pratiquent les chamans de sa tradition.

Une autre voie au chamanisme, plus rare, est le chamanisme initiatique. Dans quelques rares nations, celles qui sont parfois appelées les bâtisseuses de temples comme les Hopis, Mayas et Cherokee existe une spiritualité plus organisée et structurée. Des enfants en qui l’on reconnaît « le don » sont entraînés dès leur jeune âge dans diverses sociétés spirituelles de clans à cultiver les aptitudes chamaniques spécifiques à leurs clans. Ils pratiquent intensivement, sous la supervision de leurs aînés, pendant des années, des exercices spirituels quotidiens rigoureux. À titre indicatif la période de formation des apprenties Cherokee dure 12 ans avant que le premier niveau soit atteint. Ils doivent alors démontrer leur maîtrise au cours de divers examens habituellement conduit devant toute la communauté. La première épreuve dans le clan Anigadoah des Cherokee où j’ai été formé, à titre d’exemple, consiste à produire avec son corps de la lumière. Pour cela l’examen se fait la nuit un soir sans lune ou dans un temple sans éclairage afin que cette lumière soit visible par tous. C’est le premier d’une série de 16 initiations qui seraient toutes considérées comme impossibles par la société actuelle. Ceci pour démontrer à toute la communauté que le chaman est un être qui possède les aptitudes requises pour le rôle qu’il doit jouer au sein de sa communauté.

Il faut aussi faire la différence avec l’Homme et la Femme médecine. Ceux-ci ont reçu une formation complète de leurs parents et grands-parents dès l’enfance. Ce qui est différent ici c’est cette formation entamée très jeune par les membres d’une même famille. Parmi les guérisseurs des nations autochtones, ceux-ci sont les plus puissants et les plus efficaces. Ils savent faire les mêmes choses que les chamans, mais ont d’autres aptitudes également qui rend plus complètes les formes d’aide qu’ils proposent. Les chamans sont souvent spécialisés dans une forme d’aide en particulier tandis que l’homme ou la femme médecine sont plus holistiques.

Les civilisations modernes ont volontairement relégué aux oubliettes ces connaissances et l’on se retrouve aujourd’hui dans une situation où l’avenir même de la planète est menacé.

Aussi, un « vrai » chaman est très rare ; j’ai rencontré beaucoup de gens qui s’autoproclamaient « chamans » dans la société occidentale, mais je n’ai rencontré de vrais chamans que rarement dans toutes les années que j’ai passées auprès des autochtones. Ce qui est parfois appelé néochamanisme dans le monde du « Nouvel Âge » occidental n’a rien à voir avec les vrais chamans. Pour une petite explication de l’importance des traditions, en chamanisme voir L’ARTICLE ICI. Les vrais chamans sont des personnes vraiment exceptionnelles, toutes très différentes. Tous possèdent des dons spécifiques, absolument uniques, qui leur viennent de leur expérience personnelle de voyage dans les dimensions subtiles où ils ont pu dialoguer avec les Esprits. Les vrais chamans sont tellement différents des autres personnes qu’il est trompeur de les évaluer en les comparant avec ce que l’on connaît. Il faut laisser une latitude particulière à ces êtres, car la folie sacrée et les comportements incompréhensibles sont souvent des traits de caractère récurrents parmi eux.

Parfois, le chaman a la capacité d’aider les gens à se rendre dans le Monde des Esprits, et de les ramener en toute sécurité. C’est ce que je fais souvent dans mes ateliers sur les animaux totems. De cette manière, ils peuvent aller rencontrer leur animal totem, cet allié qui est en eux. Il est dit que tant que les gens n’ont pas connaissance de leur animal totem, qu’ils n’ont pas de contact conscient avec lui, qu’ils ne peuvent donc pas travailler avec son énergie. Une fois qu’ils connaissent leur animal totem, ils peuvent utiliser son énergie dans leur vie de tous les jours.

Nous avons tous des gardiens différents dans chacun des règnes de la nature, le règne végétal, le règne minéral, le règne animal, et le monde des humains. Nous avons ce que nous appelons nos « ancêtres », qui sont toujours avec nous, même si nous ne les connaissons pas ; si nous n’avons aucun moyen de communiquer avec eux, alors les possibilités pour qu’ils influencent nos décisions sont très réduites, car ils ont peu de champ d’action. Mais si nous les connaissons, cela peut ajouter beaucoup de pouvoir dans nos vies. Et c’est quelque chose que nous pouvons découvrir ensemble très facilement, car nous pouvons accompagner la personne dans le Monde des Esprits, et son voyage de retour, de manière tout à fait sécuritaire, et ainsi elle peut apprendre à leur parler, découvrir son animal totem et ses Esprits gardiens.

Connaître ses totems aide à mieux se comprendre soi-même, et à avoir plus d’impact sur le monde qui nous entoure, car alors nous travaillons avec des forces qui influencent le monde dans lequel nous vivons de manière tout à fait concrète. Les animaux totems ne sont pas des concepts imaginaires, ils sont de ce monde. Cette notion est très difficile à comprendre pour les hommes modernes qui ont perdu tout contact avec l’esprit et le monde des esprits. Les shamans des Premières Nations considèrent parfois les hommes et les femmes modernes qui sont athées comme les êtres les plus handicapés vivants ! Les humains ont le potentiel le plus élevé de toutes les créatures vivantes et pourtant dans ce cas de figure ils sont complètement coupés de l’intelligence suprême qui a créé ce monde ! Beaucoup plus de la moitié de ce qu’existe dans l’univers créé existe dans un état lumineux, immatériel, invisible aux yeux de chair. Ainsi, comprendre le monde sans avoir accès à ces connaissances est la caractéristique de cette civilisation mondiale actuelle où des aveugles mènent d’autres aveugles directement vers la mort. Ainsi, aujourd’hui nous enseignons souvent à ceux qui y sont ouverts à rencontrer leurs animaux totems. Une fois que cette expérience a été vécue, les totems et les gardiens découverts, il est alors plus facile de communier avec eux et de ressentir leurs influences et leurs présences. Il est possible alors de leur faire des demandes d’aide et de recevoir cette aide. Voilà un exemple parmi d’autres de ce que le chamanisme et le chaman amènent à la communauté qu’ils servent.

L’objectif des chamans traditionnels actuels est bien de recréer l’unité du monde, une meilleure compréhension de la nature et de la place de l’Homme dans la Nature et l’Univers.

En cela le chamanisme peut faire l’unité là où la science en est incapable. L’histoire des dernières décennies nous a bien montré que les corporations et les gouvernements peuvent déformer les données scientifiques présentées aux populations qu’elles desservent pour servir leurs objectifs et intentions inavoués.           Un exemple parmi des milliers d’autres est l’affirmation qui fut répétée pendant des années qu’ils n’y avaient pas de preuves aux changements climatiques, les reconnaissants au moment où les faits ne peuvent plus être niés et où les dommages sont irréversibles. Pourtant, les chamans des Premières Nations ont depuis 1969 tenté d’avertir les populations occidentales de ces problèmes.

Le chamanisme a une compréhension innée et instinctive du rôle de tous les êtres au sein du monde, connaissance que la science ne peut pas acquérir puisque la démarche mentale et intellectuelle des sciences est lente et incomplète. La preuve de cette compréhension extraordinaire des chamans sont ses « pouvoirs » inexplicables qu’ils démontrent dans leurs relations avec la nature et les êtres humains : guérisons spontanées, influence sur la météo, communications avec les animaux et les plantes, modifications des lois de la physique telles que la science les comprend, etc. La liste complète pourrait remplir un volume entier puisque chaque chaman a des aptitudes différentes de ses pairs. Mais tous ont le même objectif : la santé de leur communauté et de la terre. La vérité est une, la vérité est la même pour tous les hommes et femmes de la terre. Ainsi, le chamanisme est d’actualité ainsi que la culture chamanique dans son ensemble. La sagesse des peuples qui vivent en harmonie avec la nature est toujours valable et le sera toujours puisque c’est la nature qui donne et maintient la vie de tous les hommes et femmes de la terre !

Aigle Bleu

Wendake, QC, Canada, décembre 2015

Lire la suite 19 commentaires

DE RETOUR

créons le monde 6, Ripon octobre 2015, 186De retour de France depuis une semaine je récupère tranquillement. Ma période d’hibernation arrive : je ne travaille qu’exceptionnellement en décembre et janvier. Ainsi, je pourrais vous écrire beaucoup souvent avec de belles nouvelles et articles intéressants.

C’est un RDV donc, dès demain, sur le blog d’Aigle Bleu ! :-)

créons le monde 6, Ripon octobre 2015, 101

Lire la suite Aucun commentaire

GUÉRISON,homme médecine,mushum

MUSHUM – homme médecine du peuple Innu

MUSHUM

MUSHUM

Il est important pour toute l’humanité actuellement de voir la nature comme un ami. Il n’y a rien de dangereux dans la nature. Si vous vous consacrez à comprendre la nature elle vous le rendra au centuple et tous les êtres qui la peuplent deviendront vos amis. C’est la définition première de l’expression « paradis terrestre ».

Pour que vous puissiez comprendre cela, concept peu connu, je vais vous raconter deux petites histoires. Ils me permettront également de vous présenter un aîné spirituel, Homme médecine de la Nation Innu. Marcel Gill Grondin porte le nom honorifique de Mushum, ou Grand-père. Il a eu une carrière très intéressante. Il est l’un des seuls à avoir reçu l’enseignement traditionnel de guérison et de spiritualité de ses aïeux, et cela malgré les persécutions génocidaires des gouvernements et clergés canadiens. Après avoir fait une carrière de comportementaliste, profession rare, il se consacre maintenant à la guérison. À 70 ans il en parait 50 et travaille parfois plus de 12 heures par jour 7 jours par semaine avec seulement un petit congé de temps à autre. Il veut transmettre ses connaissances pour que la relève puisse continuer le boulot gigantesque qu’il y a à faire pour les Premières Nations. Pour cela il offre aussi des enseignements.

Toutes les communautés innues sont aux prises avec des problèmes graves, dont plusieurs sont transmis de génération en génération. Cette transmission générationnelle, résultante des actions génocidaires des écoles résidentielles, vient d’être prouvée scientifiquement par une scientifique, une psychiatre recherchiste des Premières Nations. Ils en parlaient à la radio de Radio Canada le 29 septembre 2015 à l’émission « UNRESERVED ». Très intéressante émission hebdomadaire (en anglais) qui parle des Premières Nations. Les podcasts sont disponibles en ligne. Mais revenons à ces histoires que Mushum m’a racontées.

Mushum a fait cet été une véritable cérémonie de la Tremblante, connu des anthropologistes québécois comme « la tente tremblante ». À mon humble avis c’est la cérémonie la plus impressionnante de toutes les cérémonies des nations de langues algonquiennes. Les nations de linguistique algonquienne sont répandues sur la majorité du territoire canadien.

Les signes ont été à la mesure de la cérémonie : des lumières sont apparues dans la tente, la terre à trembler, les demandes de la Tremblante ont été exaucés, des maladies guéries et la transmission des traditions ravivée! Le climat d’amour était tellement grand que deux ours adultes, un mâle et une femelle, sont venus se coucher tout contre la tente cérémoniale. Mushum me racontait avec des étoiles dans les yeux, qu’ils avaient même pu flatter la femelle quelques instants après la cérémonie.

Quelques semaines plus tard, pour se délester de tout le stress venant de la guérison constante des siens, il est parti avec son petit fils faire une randonnée en nature. Ils se sont baignés dans un beau petit lac de montagne, loin de tous les sentiers battus. Ils ont pris du soleil et se sont préparé un repas. Pendant le repas une femelle ourse et sa petite famille de 3 oursons sont venues jouer sur le bord du lac. Les ours étaient à 2 -3 mètres d’eux seulement. Comme des êtres qui connaissent bien la nature, les deux Indiens n’ont pas interrompu leur repas ou fais attention aux ours. À un moment donné un petit ourson est venu voir le jeune petit-fils de Mushum. La maman ourse n’a pas réagi. Et ils sont repartis quelques minutes plus tard, comme ils étaient arrivés, nonchalamment !

Vous voyez, ce qui est perçu comme un danger dans les sociétés technocratiques ne l’est pas du tout en réalité. La nature est notre ami, mais il faut la connaître. C’est une connaissance beaucoup plus importante que tous les autres domaines de connaissance, car c’est la seule qui assure la santé et la pérennité des générations à venir. Nous expliquerons dans un prochain article comment cela est possible pour tous et toutes maintenant.

Dans un même sentier d’idées, je vous annonce la parution du livre « Les Animaux Totems » aux Éditions du Dauphin Blanc. La lecture de mon dernier livre pourra vous éclairer sur cette relation spéciale avec les animaux. Ceux qui connaissent auront deviné que l’ours est le totem de Mushum.

Par la FONDATION DE RECHERCHES DES PREMIÈRES NATIONS, Mushum recueille des dons pour des activités de développement pour des enfants innus. Ses stages et autres activités sont aussi détaillés sur mushum.com.

Toutes Nos Relations

Aigle Bleu

MUSHUM

MUSHUM – MARCEL GILL GRONDIN

Lire la suite 4 commentaires

Animal totem,animal totem amérindien,orignal

L’ORIGNAL – animal totem

L’orignal, aussi appelé élan d’Amérique, est le plus grand de tous les cervidés. Ses bois sont larges et en partie plats. De longues pattes et un long cou lui permettent de brouter même sous l’eau et de bien nager. Sans s’enfoncer, il peut marcher sur des sols mous comme la vase, la neige et les tourbières à sphaignes.

Le son de l’orignal mâle en rut est très impressionnant. C’est pourquoi le mot-clef de la médecine de l’orignal est celui de l’estime de soi.

Par ce son, il proclame la fierté de sa masculinité, son désir de partager sa semence avec la femelle orignal, et fait la démonstration de son sens de la confiance et de l’estime de soi. Il est prêt à dire au monde son désir et à proclamer sa force. C’est le seul moment où l’orignal peut être agressif, lui qui est en général très doux, solitaire et parfois curieux lorsqu’il est dans des environnements calmes.

Il y a beaucoup de joie dans la capacité que nous avons d’exprimer nos forces et la satisfaction que nous éprouvons devant un travail bien fait. Ce partage spontané de notre joie est une marque de confiance en nous qui vient des profondeurs de l’être.

Les gens qui ont la médecine de l’orignal savent donc exprimer leurs talents, leurs capacités, et, par cette expression, promouvoir la création continue toujours revivifiée de nouvelles idées et de nouvelles inventions.

La médecine de l’orignal consiste donc à avoir confiance en soi, à ne pas craindre de marcher sur son chemin même s’il est différent de celui des autres, à exprimer avec fierté nos accomplissements, ainsi qu’à savoir encourager les autres. Les personnes âgées ont souvent la médecine de l’orignal. Elles sont prêtes, ayant marché longtemps sur leur sentier terrestre, à encourager les jeunes à marcher avec confiance sur le leur.

Il n’y a rien de péjoratif ou de mauvais à être fier de ce que nous avons accompli. Il est très important de faire la différence entre l’orgueil de l’ego et la fierté de l’être accomplie. Les deux choses sont très différentes. Il ne faut pas avoir peur de s’exprimer, car de l’expression de notre fierté et de notre joie vient l’énergie permettant de créer toujours davantage de bonnes choses pour nos communautés. Il s’agit aussi de connaître la loi du silence : savoir quand marcher avec les pas feutrés de la biche, et quand charger avec la force du bison.

Savoir reconnaître ses forces et ses faiblesses permet à l’être sage d’encourager le bon dans la nouvelle génération et d’être tolérant envers les erreurs de ceux qui apprennent. Il y a une sagesse dans l’erreur, car c’est souvent par nos erreurs que nous apprenons le plus. Celui qui a la médecine de l’orignal sait reconnaître ça et ne pas rentrer dans le jugement lorsqu’il accompagne ceux qui apprennent.

Sans la confiance en soi peu de choses peuvent être accomplies. Avoir de l’estime pour soi donne une grande force et nous permet de marcher paisiblement sur notre chemin de vie, sans crainte, sans peur, en affirmant nos forces et nos désirs afin de les obtenir rapidement dans la joie et le calme.

Retrouvez tous les autres animaux totems dans mon livre : Les animaux totems dans la tradition Amérindienne : http://europe.boutiqueaiglebleu.com/fr/produit/les-animaux-totems/

Atelier sur les animaux totems : http://www.aiglebleu.fr/totems

orignal2Orignal

Lire la suite Aucun commentaire

Animal totem,animal totem amérindien,lynx,symbolique

Le LYNX – Animal totem

lynx

La médecine du lynx comme animal totem est celle des secrets et du silence.             Ces félins des forêts boréales de l’hémisphère nord savent se déplacer sans faire de bruit. Grâce à leurs pattes larges, ils peuvent marcher sur la neige sans trop s’y enfoncer. Leurs favoris et les touffes de poils à l’extrémité de leurs oreilles leur donnent leur aspect caractéristique. Ces poils additionnels agissent à la manière d’antennes, améliorant leur perception de ce qui les entoure.

Le lynx est incroyablement discret, rares sont les amateurs de la forêt qui peuvent se vanter de l’avoir aperçu.

Ceux qui ont la médecine du lynx font d’excellents confidents. Jamais ils ne dévoileront vos secrets. Il est d’ailleurs difficile de leur cacher quoi que ce soit : ils devineront à votre insu ce que vous tentez de leur cacher et vous n’en saurez jamais rien.

Les gens qui ont ce totem sont souvent clairvoyants, mais avares de commentaires sur ce qu’ils savent. De nombreux peuples honorant leurs médiums et clairvoyants connaissent ce qui est parfois appelé la « loi du lynx ». Selon cette tradition, si vous souhaitez connaître les secrets et recevoir les révélations que peuvent transmettre les bénis du totem du lynx, vous devez au préalable partager avec eux des éléments de votre abondance. En effet, ils attendent d’être payés pour partager ce qu’ils savent, cela fait partie de leur médecine.

Le totem du lynx peut vous enseigner les vertus de la discrétion et du silence.

Il est très important de ne pas parler des secrets de votre vie intérieure. Car la vision d’un autre à qui on dévoile sans scrupules les événements importants de notre vie spirituelle peut salir et polluer notre propre perception par sa vision biaisée de ce que vous lui racontai. Habituellement, on ne raconte les événements spirituels de notre vie qu’à nos aînés ou à ceux qui ont pour responsabilité de nous guider sur le sentier de l’esprit. Le bavardage est une pratique détestable qui nuit à la qualité de notre environnement mental et spirituel.

Par ailleurs, il est très utile de compter un adepte de la médecine du lynx au sein d’une entreprise commerciale. Celui qui sait laisser parler les autres avant de s’exprimer en sait toujours plus que l’autre et conserve ainsi un avantage certain dans toute négociation ou transaction.

La médecine du lynx consiste à connaître les secrets, mais de ces secrets il n’est pas le gardien. Il est celui qui connaît, qui sait trouver, mais qui reste toujours discret et silencieux, arborant le sourire énigmatique du sphinx.

Retrouvez tous les autres animaux totems dans mon livre : Les animaux totems dans la tradition Amérindiennehttp://europe.boutiqueaiglebleu.com/fr/produit/les-animaux-totems/

Atelier sur les animaux totems : http://www.aiglebleu.fr/totems

Lire la suite 1 commentaire

Animal totem,animal totem amérindien,la souris,mickey

LA SOURIS – animal totem

souris-griseLes mots-clefs de la médecine de la souris sont la confiance, l’innocence, l’amour et l’attention au détail.

La souris est associée au sud. Elle symbolise la confiance et l’innocence qui donnent l’énergie de la foi, cette foi qui peut déplacer des montagnes. Ce sont aussi la confiance et l’innocence propres à l’enfance. Ceux qui ont la médecine de la souris gardent un esprit jeune lorsqu’ils envisagent ce qui les entoure. Ils font attention aux détails pour mieux comprendre. La petite souris, lorsqu’elle est intriguée par une graine ou un objet qu’elle a trouvé, l’amène dans sa tanière pour l’examiner plus tard.

On dit souvent des gens qui ont le totem de la souris qu’ils font de l’entassement, de l’accumulation jusqu’à l’encombrement, mais ce n’est pas le cas. La souris range tout dans un ordre qui lui permet de retrouver rapidement ce qu’elle cherche. Elle ramasse non pas pour accumuler, mais bien pour mieux comprendre plus tard. Ainsi, la souris est celle qui préside à l’éducation, puisqu’un des attributs de l’éducation consiste en la classification du savoir.

Aussi la personne qui a la médecine de la souris est très organisée. Elle peut être très utile au sein de n’importe quel groupe, mais parfois certains trouveront ses talents frustrants. En effet, elle remarquera le moindre détail qui n’aura pas sa cohérence dans un projet et y reviendra sans cesse jusqu’à sa satisfaction.

Les personnes qui ont la médecine de la souris ont très peu d’ego, et, dès lors que nous sommes habitués à leur minutie qui est parfois agaçante, elles sont assez agréables à vivre.

Les souris sont très utiles à l’écologie : elles aèrent le sol en faisant des trous partout. Elles sont la nourriture principale d’un grand nombre de prédateurs, du fait de leur reproduction très prolifique.

L’homme-souris est une personne capable d’un niveau de concentration extraordinaire, et va exceller dans tout travail qui s’attache aux détails : recherche scientifique, comptabilité, organisation de projets complexes, gestion d’informations…

La femme-souris est une maîtresse de maison hors pair, toujours active. Rien ne lui échappe dans son environnement, ce qui lui permet de créer des milieux de vie extrêmement bénéfiques.

Le principal défaut des personnes qui ont la médecine de la souris, c’est de ne pas voir la grande image. Elles ne savent pas prendre du recul et parfois se laissent attraper par l’aigle parce qu’elles sont trop attentives aux petites graines sur le sol. Par contre, leur amour et leur confiance permettent une abondance sans fin qui garantit pour toujours la pérennité de leurs familles.

Retrouvez tous les autres animaux totems dans mon livre : Les animaux totems dans la tradition Amérindienne :

http://europe.boutiqueaiglebleu.com/fr/produit/les-animaux-totems/

Atelier sur les animaux totems : http://www.aiglebleu.fr/totems

Lire la suite Aucun commentaire

Animal totem,dragonfly,le livre des animaux totems,libellule

LA LIBELLULE -animal totem

libelluleLa libellule est celle qui enseigne l’art de voir à travers les illusions. En anglais, la libellule est appelée « dragonfly », ou la mouche-dragon. Or, la libellule comporte les médecines des dragons et des changeurs de formes.

Si on l’observe attentivement, on a l’impression que ses ailes sont faites d’écailles transparentes qui reflètent toutes les couleurs de l’arc-en-ciel mais suivant des tons très rares. On rapproche ces écailles de celles du dragon qui, comme elle, savait travailler avec les élémentaux, les petits esprits de la nature, ceux des plantes, de l’air, de l’eau, de la terre et du feu.

Et en effet, la libellule porte la médecine des éléments. La larve vit dans l’eau, elle éclot sur terre, elle vole dans les airs, et dans l’iridesence des membranes de ses ailes, nous voyons toutes les couleurs du feu et de l’arc-en-ciel. Ceux qui maîtrisent le travail avec les éléments ont parfois une relation spéciale avec la libellule.

De tous les insectes, c’est elle qui vole avec le plus de dextérité et de vélocité. C’est un prédateur hors-pair. Nous sommes toujours enchanté de les voir dans notre environnement car en plus de leurs beauté elles mangent tous les insectes piqueurs : marigouins, mouches noires, brulots, etc.

On dit de la libellule qu’elle est la protectrice des gardiens de paix.

Elle nous enseigne à voir au-delà des apparences. Elle nous enseigne à voir les choses telles qu’elles sont et non telles qu’elles nous apparaissent à travers nos filtres, nos préjugés et les limitations imposées par notre ignorance . Apprendre à voir clair, au-delà des illusions et des apparences, nous libère de ces forces, de ces énergies qui pompent notre propre énergie, qui font baisser le moral et la vitalité. Lorsqu’on entre dans le monde chatoyant des esprits de la nature, des beautés que l’on retrouve près de l’eau, des arbres, des endroits venteux et des feux sacrés, on se rapproche de l’essence de ce qu’est l’Homme.

Ceux qui sont attirés par la libellule ou de qui elle est le totem sont bien souvent des personnes hautes en couleurs, dotées d’une grande énergie et de la capacité de réaliser des choses surprenantes qui parfois paraissent surnaturelles mais en réalité ne font que répondre à des lois tout à fait naturelles et au pouvoir co-créateur de l’Homme.

Retrouvez tous les autres animaux totems dans mon livre : Les animaux totems dans la tradition Amérindienne : http://europe.boutiqueaiglebleu.com/fr/produit/les-animaux-totems/

Atelier sur les animaux totems : http://www.aiglebleu.fr/totems

Lire la suite Aucun commentaire